Sécurité de l'Emploi

Consignation écrite des détails de l'emploi

Un contrat de travail est un contrat selon lequel une personne, par exemple un employé, s’engage à travailler en contrepartie d’une rémunération, pour une autre personne tout en étant sous l’autorité de cette dernière.

Les quatre éléments essentiels d’un contrat de travail sont « le contrat, le travail, la rémunération et l’autorité de l’employeur » (cette dernière créant une relation de subordination). Les contrats de travail peuvent être qualifiés en fonction de la nature du travail (manuelle pour les ouvriers ou intellectuelle pour les employés), en fonction de la durée du contrat (durée déterminée ou indéterminée) et aussi en fonction du volume de services (contrat à temps plein ou à temps partiel). Les éléments principaux d’un contrat de travail, c’est-à-dire, la nature du travail, les fonctions liées, les indemnités, le lieu de travail, et les heures de travail, ne peuvent être modifiés unilatéralement par l’employeur. Tout changement dans le contrat de travail doit se faire avec le consentement des deux parties.

Les contrats permanents dits à terme indéfini ou les contrats à fin ouverte peuvent se passer d’écrit. Mais les autres formes de contrat comme les contrats à durée déterminée, les contrats pour une mission spécifique, les contrats de remplacement, les contrats à temps partiel, les contrats d’étudiants, les contrats pour des spectacles ou pour un travail temporaire, les contrats de télétravail ou se faisant à domicile, doivent être établis par écrit. En l’absence de mention exprès écrite, on présuppose que le contrat est à temps plein, à fin ouverte/permanent sans période probatoire. Certaines dispositions des contrats de travail (à durée déterminée ou indéterminée) doivent être signifiées par écrit pour être valides. Ce sont « les clauses de non-concurrence, la clause de préavis pour les employés ayant le plus d’ancienneté et les clauses relatives à la période probatoire ». Le contrat de travail doit être rédigé dans la langue exacte correspondant à la région où l’employé est basé (français, néerlandais, ou allemand). Si la langue requise n’est pas utilisée dans la rédaction du contrat de travail, alors celui-ci peut être déclaré nul et non avenu.

Le Parlement flamand a modifié le décret de la Communauté flamande du 19 Juillet 1973 avec le décret du 14 Mars 2014 (Moniteur belge 22 Avril 2014), selon lequel les contrats de travail individuel peuvent être conclus dans une langue autre que le néerlandais. La langue doit être celle dans laquelle la personne avec qui le contrat est conclu est confortable et doit être une langue des pays de l'EEE. Le nouveau contrat de travail juridiquement contraignant peut uniquement être conclu si l'employé (i) est domicilié sur le territoire d'un des autres États membres de l'Union européenne ou d'un des États membres de l'Espace Economique Européen ou (ii) vit en Belgique et a exercé son droit à la libre circulation des travailleurs ou de la liberté d’établissement ou (iii) relève de la libre circulation des travailleurs en vertu d'un traité international ou supranational. Il est expressément prévu que si le Néerlandais et l'autre version de langue d’un document diffèrent, la version néerlandaise prévaudra. Cette disposition s’applique expressément à la Communauté flamande, qui parle le néerlandais.       

Source : 3 JUILLET 1978 — Loi relative aux contrats de travail

Contrats à durée déterminée

Le droit belge du travail autorise l’embauche de travailleurs en contrat à durée déterminée pour des tâches de nature permanente. Si les parties continuent à travailler au-delà de la durée déterminée par le contrat et ceci sans le renouveler ; on considère alors que les deux parties sont censées avoir conclu un contrat à durée indéterminée. Si les parties concluent des contrats à durée déterminée successifs, ceux-ci seront considérés comme des contrats à durée indéterminée, à moins que l’employeur justifie ces contrats soit par la nature du travail ou pour d’autres raisons légitimes.

La durée maximum d’un contrat à durée déterminée simple (incluant quatre renouvellements successifs) est de 2 années tandis que la durée minimum de chaque de ces contrats est de 3 moins. Cette durée peut être étendue à trois ans si la durée minimum de chacun de ces contrats est d’au moins 6 mois mais à la condition d’avoir une autorisation.

Un contrat de travail à durée déterminée peut être résilié par notification prématurée avant l'expiration du terme. Cela peut être fait particulièrement au cours de la première moitié de la durée convenue du contrat de travail, mais seulement dans un délai ne dépassant pas six mois, tout en respectant le délai légal de préavis prévu, en principe, par la loi pour les contrats de travail à durée indéterminée. En cas de contrats de travail à durée déterminée successifs justifiés, la possibilité de résiliation prématurée s’applique uniquement au premier contrat de travail. Dans le secteur privé où, l'emploi se termine par la résiliation du contrat, les employés doivent être informés des raisons pour lesquelles il / elle a été licencié. Le travailleur qui souhaite connaître les motifs concrets qui ont conduit à son licenciement adresse sa demande à l’employeur par lettre recommandée dans un délai de deux mois après que le contrat de travail a pris fin. Pour plus d'informations sur la résiliation par préavis, voir la période de préavis ci-dessous.    

Source : Art 10-11 du 3 juillet 1978 — Loi relative aux contrats de travail, Moniteur Belge  31 Décembre 2013, Convention Collective de Travail N° 109 du 12 Février 2014 concernant la motivation du licenciement

Période de probation

La période de probation permet à l’employeur d’évaluer les compétences de l’employé dans son travail, particulièrement compte tenu de son expérience passée, et cela permet à l’employé de comprendre si le nouveau travail lui convient. Un contrat de travail peut contenir une clause d’essai qui doit être clairement indiqué par écrit. Si une clause concernant la période d’essai n’a pas été incluse dans le contrat écrit au début de l’emploi, il n’y aura pas de période d’essai et le travailleur sera immédiatement engagé sous un contrat à durée indéterminée. La durée de la période d’essai peut varier entre sept et 14 jours pour les travailleurs (exécutant principalement des tâches manuelles). La période d’essai peut être prolongée de 7 jours pour répondre à la suspension du contrat de travail (pour cause de maladie, d’accident ou de congés annuels), mais la durée totale de la période d’essai ne peut jamais excéder 21 jours (14 jours de période initiale d’extension + sept jours). Si la clause d’essai dans le contrat de travail précise qu’il y aura une période de probation, mais ne fixe pas la durée, la période d’essai est toujours réduite à la période minimale, soit sept jours. Quant aux employés (effectuant principalement des tâches intellectuelles), la durée de la période d’essai peut varier entre un mois et six (ou douze) mois, en fonction de la rémunération annuelle de l’employé. En 2013, le seuil était de 38 665 € par an. Le gouvernement avait fixé le nouveau seuil de revenu minimum pour 2014 : 39 422 €. Cependant, dans la loi nouvellement unifiée pour les employés et les ouvriers, la période probatoire/d’essai a été abolie sauf dans un nombre très limité de cas, comme le travail de l’élève ou le travail intérimaire dans lequel la période d’essai a été limitée à 3 jours ouvrables.

(Art 48-49 & 66-67 of 3 JUILLET 1978-Loi relative aux contrats de travail, European Labour Law NetworkPWC)

Réglementations relatives à la sécurité de l'emploi

  • 30 MARS 1967. - Arrêté royal déterminant les modalités générales d'exécution des lois relatives aux vacances annuelles des travailleurs salariés / Royal Decree Of 30 March 1967 Determining The General Rules Of Enforcement Of Laws To Annual Vacation Of Employees
  • Loi sur le travail, 1971 / 16 March 1971 - Labour Act
Citer cette page © WageIndicator 2017 - Votresalaire.be - Sécurité de l'Emploi