wageindicator logo Votresalaire.be

Écarts entre hommes et femmes enregistrés dans l’UE en matière de compléments de salaire

Les écarts de rémunération ne sont pas limités aux seuls salaires. C’est ce que révèle une récente étude pionnière menée dans 27 États membres de l’UE. Indemnisation des frais, allocations annuelles, primes, régimes d’assurance et de retraite montrent des écarts entre hommes et femmes à travers l’UE, le plus souvent en faveur des hommes. Bien que les femmes de tous les pays analysés qui travaillent cotisent elles aussi à de tels régimes, environ un tiers d’entre elles le font plus fréquemment que les hommes. C’est pourquoi il semble que ce soit la conscience accrue et l’affirmation de soi chez les femmes employées au cours des négociations de conditions de travail qui puissent réduire ces écarts de rémunération secondaire.

Dans 24 pays sur 27, suffisamment de données exploitables ont été recueillies par le biais de l’enquête en ligne WageIndicator consacrée aux salaires : plus d’un demi million d’employés ont renseigné leurs données entre janvier 2014 et juillet 2016. Cette étude est la première à plonger dans le champ des écarts de rémunération entre hommes et femmes en matière de compléments de salaire.

Indemnisation des frais

L’indemnisation des frais est assez répandue. Dans seulement 6 pays, moins de 10 % des employés déclarent bénéficier d’une indemnisation de leurs frais. Dans 12 pays, le pourcentage augmente dans une fourchette de 10 à 20 %. Dans 3 autres pays, les résultats se fixent entre 20 et 30 %, et dans 2 pays seulement entre 30 et 40 %. La Belgique indique une couverture à 40 %. Ici encore, les différences d’indemnisation entre hommes et femmes est conséquente. Dans 19 pays, les hommes déclarent leurs frais plus fréquemment que les femmes. C’est le contraire dans les 5 pays restant. L’écart de rémunération entre hommes et femmes dans les pays où les hommes déclarent plus fréquemment recevoir une indemnisation de leurs frais s’établit entre 1 et 8 %. L’écart de rémunération dans les pays où les femmes déclarent plus fréquemment recevoir l’indemnisation de leurs frais s’établit entre 0 et 4 %.

Allocation annuelle

Pour 24 des 27 pays, les informations recueillies et exploitables ont permis de révéler un important écart de rémunération entre hommes et femmes en ce qui concerne les primes. Les hommes sont favorisés dans 18 pays. L’écart de rémunération oscille entre près de 0 et 6 points de pourcentage. Dans les 6 pays favorisant les femmes, les différences oscillent entre 1 à 7 points de pourcentage, à l’exception de l’Estonie, où 30 % des femmes contre 7 % des hommes déclarent recevoir une prime annuelle.

Les plans d’intéressement aux profits de l’entreprise par genre varient largement à travers les 22 pays pour lesquels les données recueillies sont suffisantes. L’écart de rémunération entre hommes et femmes le plus bas (environ 1 %) a été enregistré dans les pays suivants : Danemark, Hongrie, Irlande, Italie et Suède. La Belgique (11 %) et le Royaume-Uni (12 %) présentent les écarts les plus élevés. Toutefois, ces écarts dans l’intéressement aux profits de l’entreprise favorisent tous les hommes, à l’exception de la Pologne, où les femmes se classent un peu mieux que les hommes dans les régimes de profit.

Conformément à cela, les écarts de rémunération entre hommes et femmes en termes de bons, réductions ou paiements en nature favorisent presque exclusivement les hommes, en tout cas pour les 17 sur les 22 pays dont les données recueillies étaient suffisantes. L’écart de rémunération entre hommes et femmes le plus élevé se trouve au Royaume-Uni, avec 10 points de pourcentage. Dans seulement 5 pays, les femmes reçoivent des bons, réductions et paiements en nature plus souvent que les hommes, entre près de 0 en Autriche et 8 points de pourcentage en Finlande.

Régimes de retraite et d’assurance

En termes de contributions des employés aux régimes de retraite et d’assurance, l’analyse révèle à nouveau des écarts de rémunération conséquents entre hommes et femmes, la plupart du temps en faveur des hommes. C’est le cas dans 15 des 24 pays ayant fourni des données analysables. Dans ce groupe, les différences oscillent entre 1 point en Finlande et 20 points de pourcentage à Malte. Toutefois, les différences s’établissent à l’avantage des femmes dans 9 pays, allant de près de 0 en Grèce à 27 points de pourcentage en Estonie. Dans 16 des 24 pays, l’écart en matière d’assurance s’établit au profit des hommes, avec des différences entre hommes et femmes allant de près de 0 en Grèce à 16 points de pourcentage à Malte. Dans 8 pays cependant, les différences sont en faveur des femmes, allant de près de 0 en Roumanie à 24 points de pourcentage en Estonie.

Rapport : Analyse de l’écart de rémunération entre hommes et femmes en matière d’allocations et primes financières et non financières, conduite par l’Université d’Amsterdam/AIAS. Ce rapport fait partie du projet WITA.

Qu'est-ce que le projet « WITA-Gender Pay Gap » ?

WITA GPG (With Innovative Tools Against Gender Pay Gap) est un projet sur deux ans (de janvier 2015 à décembre 2016) visant à contribuer efficacement à réduire l'écart important et tenace de rémunération entre les hommes et femmes. Ce projet bénéficie du soutien de PROGRESS, le programme de subventions à l'action de la Commission européenne n° 4000004929. L'une des activités du projet consiste à comparer les salaires des hommes et des femmes dans les catégories professionnelles et de publier les résultats sur les sites Internet nationaux de Wageindicator des 28 États membres de l'UE et de la Turquie, et de les diffuser par voie de communiqués de presse.

En savoir plus sur le projet WITA

Plus d'informations à propos de l'écart de rémunération entre hommes et femmes sur votresalaire.be